Skip Ribbon Commands
Skip to main content
Sign In

Postbank Kenya promeut l’épargne et l’éducation financière

Postbank Kenya promeut l’épargne et l’éducation financière

©La Banque d'épargne du Kenya (Postbank)​

​​​​​• Read the article ​in English​​​ •​


 

Postbank Kenya organise un large éventail d'activités dans les écoles de tout le pays afin de promouvoir l'épargne et l'éducation financière

BRUXELLES, le 19 juillet 2018 - Membre du WSBI, la Banque d'épargne du Kenya (Postbank) a développé des solutions d'épargne sur mesure pour les enfants, les adolescents et les jeunes adultes. L'un de leurs produits les plus réussis est le compte jeunesse "SMATA", qui cible les jeunes de 12 à 18 ans et leur offre un produit bancaire abordable et accessible, les mettant à la place du conducteur et contrôlant leurs finances. Le dépôt d'ouverture minimum est de 200 KSh (environ 1,70 € / 2 USD) est abordable et permet d'intégrer les jeunes dans le système financier.

​Postbank Kenya propose également le compte "STEP", un compte "intelligent, branché, électronique et portable conçu pour les jeunes". Le solde d'ouverture est également très bas, sans frais sur les dépôts et offrant bien sûr des services bancaires sans agence.

Cibler les jeunes pour favoriser l'épargne et l'inclusion financière

Les étudiants ont souvent de faibles revenus issus de petits jobs, babysitting, travaux d'entretien, et peuvent aussi bénéficier de petites sommes d'argent leur permettant de payer leurs frais de transport ou mobile. Pourtant, ils ne mettent pas systématiquement beaucoup d'argent de côté.

Pourtant, la promotion d'une culture de l'épargne chez les jeunes est cruciale : ces économies permettent d'atteindre des objectifs à long terme, de gérer les dépenses imprévues, de faciliter les investissements futurs, d'accroître la richesse et d'assurer la survie financière. En outre, l'épargne représente l'un des quatre piliers de l'indépendance financière, aux côtés de l'investissement, la discipline et la prévention des passifs excessifs.

Quand il s'agit d'épargne, les consommateurs font face à plusieurs obstacles : manque de planification, manque de budget, consommation, style de vie ... L'éducation financière est la solution pour surmonter ces défis et créer de bonnes habitudes dès le plus jeune âge.

Au Kenya, les écoles agissent comme canaux de distribution spéciaux pour la diffusion des comptes SMATA. Toutes les 99 succursales de Postbank Kenya identifient une ou deux écoles dans leur zone d'activité et conviennent avec l'administration de l'école de dates appropriées pour les ateliers. La plupart des activités dans les écoles ont lieu pendant la Global Money Week. Chaque année, un thème différent est présenté. En 2018, les activités tournaient autour du thème "Les questions d'argent comptent", comprenant des ateliers de théâtre, de dessin, d'écriture... Toutes ces activités contribuent à inculquer une culture de l'épargne parmi les jeunes du pays.


 

MEET A SMATA SMART SAVER.png
© Fatumah Abdi Ibrahim lors d'une de ses visites à la succursale de Mariakani pour effectuer un dépôt (La Banque d'épargne du Kenya)
A la rencontre d'une épargnante SMATA

Quand Fatumah Abdi Ibrahim, âgée de quinze ans, a o​uvert son compte SMATA en 2014, elle ne se doutait pas que cela lui procurerait une indépendance financière tout en lui inculquant une discipline et une force qui lui serviraient pour le reste de sa vie.

Fatumah déclare que bien que venant d'un milieu très humble, elle a réussi à faire de cette bonne habitude son passe-temps. « C'est comme un passe-temps pour moi, ça me rassure et il y a aussi ce sentiment d'accomplissement », dit-elle. Elle conseille​​ aussi aux autres enfants et aux adultes d'épargner pour les articles dont ils ont vraiment besoin au lieu de dépenser leur argent dans des cadeaux inutiles. Ses économies ont facilité sa transition en douceur de l'école primaire à l'école secondaire, puisqu'elle a utilisé une partie de ses économies pour subvenir sans effort à ses besoins d'achat.

Fatumah effectue des dépôts d'argent chaque semaine, accompagnée de sa grand-mère. « Je me sens bien, je promets de continuer à épargner tout au long de mes étude », explique la première née d'une famille de trois enfants, alors qu'elle était sur le point de commencer ses études secondaires. Sa famille est en faveur de cette discipline auto-enseignée et ont bien la manière dont elle porte ses fruits.


 

 

• En savoir plus sur les initiatives des membres WSBI en matière d'éducation financière (en anglais) •​